Voyage Ornitho en Birmanie – Janvier 2017 – Partie 1 – Mandalay – Bagan

Je sais bien qu’aujourd’hui la Birmanie porte le nom de Myanmar, mais je préfère Birmanie qui évoque pour moi les aventures de Bob Morane une jungle impénétrable, des marais perdus, l’aventure. Et puis il y a les récits de voyages de Rudyard Kipling, Pierre Loti, Somerset Mogham … qui nous immergent dans ce lieu, cette atmosphère et cette culture où le bouddhisme est très présent.
Ce voyage nous conduira au royaume de Pagan sur les rives du fleuve Irrawaddy le pays des 1000 pagodes, au lac Inle en altitude avec ses jardins flottants et à Kalaw région de moyenne montagne. Ce sont des lieux touristiques classiques mais riches en avifaune (toutes les observations de ce voyage sur birdingnotebook).
Le trajet se fait en 2 étapes, d’abord un Paris Bangkok en vol direct, puis Bangkok Mandalay. Il nous faut changer d’aéroport à Bangkok, c’est la raison pour laquelle nous y resterons 1 nuit. Compter 2 ou 3 heures pour se rendre d’un aéroport à l’autre (Suvarnabhumi à Don Muang) suivant le trafic, and « there’s a lot of trafic » comme nous le répète sans cesse notre chauffeur de taxi.

Bangkok

Rhipidure pie dans le parc Suan Luan Rama

Nous arrivons à Bangkok dans l’après-midi. A deux pas de l’hôtel Meridian il y a le parc Suan Luan Rama 9 Garden. C’est un parc à l’est de Bangkok, aménagé autour de plusieurs étangs parsemés de nénuphars géants, reliés par des canaux, on s’y promène à pied sur des allées qui serpentent au milieu des pelouses, des fleurs et des massifs arborés. Un lieu familial et calme, idéal pour se familiariser avec les oiseaux du Sud-est asiatique.
Nous sommes au mois de Janvier, et l’écart de température entre Paris et Bangkok est saisissant. On se promène en Tshirt il fait beau et chaud. Les oiseaux chantent dans tous les coins. Des géopélies zébrées, (petites tourterelles) marchent tranquillement sur les trottoirs en quête de miettes tombées des étals des marchands ambulants. Au bord des canaux nous observons des crabiers de Chine que nous retrouverons souvent au cours du voyage. Des aigrettes garzettes chassent également au bord des étangs. Sur les pelouses et les espaces ouverts du parc les difficultés d’identification des espèces commencent. Une bergeronnette printanière (plusieurs formes suivant les régions) ou une bergeronnette de Béringie (avec 4 sous espèces) se laisse facilement photographier heureusement.

Après recherches il s’agit de la bergeronnette de Béringie macronyx

Auprès d’elle un pipit de Richard, des Shamas Dayal se chamaillent, des Rhipidures Pie se bastonnent allègrement. Dans les arbres des Minivets Flamboyants, Barbu à Plastron Rouge et Loriot de Chine aux couleurs éclatantes volent rapidement de branches en branches tandis que des écureuils sont affairés à grignoter des friandises offertes par les passants.
Il n’y a pas de danger dans le parc, mais une forme bizarre glisse sur l’eau derrière des branches, je pense d’abord à un crocodile comme on peut en voir dans les reportages animaliers, mais en observant plus attentivement, il s’agit d’un gros varan qui mesure presque 2 mètres de long, et qui nage tranquillement dans ces eaux calmes. J’essaie de le suivre depuis la berge, un peu plus loin je découvre un deuxième individu qui m’observe. Tous deux s’éloignent de moi sans se presser mais sans me quitter du regard.

Le varan malais est, inoffensif pour l’homme mais très impressionnant
Des tortues de Florides se prélassent aux derniers rayons de soleil

Le temps passe vite et le soleil se couche tôt à 18h il fait presque nuit, nous rentrons à l’hôtel. Demain, cap sur la Birmanie, nous prenons l’avion pour Mandalay.

Ci dessous l’itinéraire suivi le long du voyage:

Mandalay
Le port de Mandalay sur les berges de L’Irrawaddy

Mandalay est la deuxième plus grande ville de Birmanie. Elle se situe au bord du fleuve Irrawaddy. Dans le port les dockers déchargent les bateaux à dos d’homme. Les bateaux serrés les uns aux autres accostent à même la rive de sable, des planches servent de ponton. Des familles vivent dans des cabanes en bois couvertes de tôles. Cochons, poules, chiens, chats se promènent librement dans ce décor. La pauvreté est palpable, et il n’y a pas de touristes.
Pas beaucoup d’oiseaux non plus à cet endroit, rien qu’un vol d’ibis falcinelle à se mettre dans les jumelles. Nous allons voir du côté du pont U Bein, un vieux pont en teck construit en 1849 qui traverse le lac Taungthaman, on le traverse à pied, il mesure 1,2km. Sur le lac, nous observons beaucoup d’hirondelle à long brin, des colonies d’aigrette garzette, des Cormoran de Vieillot et des échasses blanches.
Demain nous prenons le bateau, sur le fleuve Irrawaddy, pour le royaume de Pagan, il faut 10h de navigation pour arriver à Bagan.

Le fleuve Irrawady

Ci dessous la carte du trajet suivi le long du fleuve Irrawady:

Croisière sur le Fleuve Irrawady

Nous prenons le bateau à 7h du matin pour cette croisière, il faut compter environ 45 Euros par personne. L’embarcadère n’est pas loin de notre hôtel, et c’est l’hôtel qui nous a réservé les places. Nous montons sur un petit ferry pour touristes d’une cinquantaine de place. Le café, petit déjeuner et repas du midi est compris dans le prix du billet.
Le fleuve est très large, sinueux, les rives sablonneuses, je m’installe sur le pont supérieur, avec jumelles et appareils photos pour ne rien louper du spectacle. Beaucoup de trafic sur le fleuve, des péniches lourdement chargées, des ferrys de touristes, et de petites embarcations de pêche se croisent sans cesse. Des temples ornés d’énormes statues de Bouddha dominent les rives du fleuve.
Les premiers oiseaux que nous observons sont les hirondelles, difficile à prendre en photo, et certaines espèces restent indéterminées. Sont présentes les hirondelles à longs brins et hirondelles de rivage possibilité d’hirondelles à gorge grise. Nous observons sur les berges beaucoup de hérons cendrés, milans bruns, cormorans de Vieillot, hérons garde-bœufs, des tadornes casarca, dendrocygnes siffleurs, oies rieuses, grues cendrées et les becs ouverts indiens qui ressemblent de loin aux cigognes. Après avoir pris le soleil sur le bateau, en fin de journée nous arrivons à Bagan.

Tadorne Casarca sur le fleuve Irrawady
Bagan

Nous arrivons à Bagan en fin d’après-midi. Après avoir payé le droit d’entrée sur le site (20$), nous arrivons à l’hôtel et déjà dans le parc, nous avons plusieurs oiseaux à identifier. Des guêpiers d’orient volent au-dessus du potager au bord du fleuve, dans les allées des martins vineux, cratéropes à gorge blanches, huppe fascié se laissent facilement observer. Par contre la couturière à longue queue qui n’arrête pas de bouger dans les arbres est plus difficile à prendre en photo. Sur la terrasse les corbeaux montent sur les tables pour picorer les restes des repas. Leurs cri est assez aigu, nous mettons un moment à les identifier.
Pour se déplacer au milieu des pagodes on peut louer des scooters électriques. Kakou tient un stand devant l’hôtel, le tarif est de 15$ pour la journée. Ils ne font pas de bruit, cela permet de ne pas effrayer les oiseaux.
Avec le scooter nous explorons tout le site de Bagan. Beaucoup de pagode sont isolées des parcours touristiques habituels et laissées à l’abandon. Dans ces endroits calmes nous faisons les meilleures observations.
Moineau flavéole, Alouette birmane, Bulbul aux ailes olives, Pie grièche à dos marron, Pipit rousset, Tarier pie, Souimanga sombre, Capucin damier, Elanion blanc, Martin-chasseur de Smyrne, Petit iora, Tisserin doré.

Bergeronnette citrine sur les étangs de Bagan
Cratérope à gorge blanche

Nous restons à Bagan cinq jours pour profiter de la richesse archéologique et ornithologique du lieu. Bagan fait partie des I.B.A. (Important Bird Area) Sur google map, je repère des zones humides, un vaste étang, et trois autres de taille plus modeste. Quelques oiseaux d’eau y séjournent, canard à bec tacheté, grèbe castagneux, vanneau indien, bergeronnette citrine, bécassine des marais, héron garde-bœuf, héron intermédiaire, crabier chinois.

Alouette de Birmanie au bord du chemin et peu farouche
Mont Popa
Mont Popa

Le mont Popa se trouve à 60 km de Bagan, nous avons recours au taxi de Kakou pour nous y rendre. C’est un lieu de pèlerinage bouddhiste situé au sommet d’un volcan, l’ascension se fait pieds nus par 777 marches. La ballade vaut le détour.
Pour observer les oiseaux nous nous rendons en face du mont en direction du national park. Depuis l’hôtel (le Popa mountain resort), il y a des départs de randonnées pédestres qui parcourent les montagnes alentours. Les paysages sont très différents de ceux rencontrés à Bagan, et les espèces observées changent également. Je me promène à travers la forêt environnante pendant une heure environ, ce n’est pas suffisant pour voir toute la richesse de ce secteur. A noter, Bulbul à huppe noire, Dicée à dos rouge, Grand Martin, Minivet oranor, Souimanga à dos vert, Souimanga asiatique.

Grand Martin
Bulbul à huppe noire

La suite à venir très prochainement ….

Philippe Heitz

J’ai un gilet avec de grandes poches pour y mettre appareil photo, guide ornitho, portefeuille, téléphone avec GPS, et bouteille d’eau. Je porte une casquette pour éviter d’avoir froid aux pieds et à la ceinture un couteau Laguiole pour le mode survie. A l’âge de 10 ans je montais aux arbres pour aller visiter les nids des pies, mésanges et corneilles. C’était pas une bonne idée, mais c’est ainsi qu’est né une passion. Depuis j’ai changé mon fusil d’épaule et depuis j’observe les oiseaux de loin avec des jumelles pour éviter de les déranger. Une passion c’est comme un virus, et ce virus je l’ai transmis à mes fils. Maintenant nous voyageons en famille aux 4 coins du monde avec comme objectif : « Dénicher l’oiseau rare ». Je m’appelle Philippe Heitz, 56 ans et je vis en Aveyron miladiou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *